Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #creativite tag

... 花, huā, fleur, flower (making of )...

Publié le par Chry

Are Women Flowers ? ( 花, huā, fleur, flower ) collage assemblage 80x60 cm

Are Women Flowers ? ( 花, huā, fleur, flower ) collage assemblage 80x60 cm

C'est le  nouveau tableau de la série des "Chinoises" que j'ai réalisé pour être exposé au Salon des Artistes Amateurs qui s'est tenu à Asnières du 24 au 28 avril 2017 ...

... 花, huā, fleur, flower (making of )...

Pour les photos de l'expo, le soir du vernissage, c'est sur mon blog-galerie "Passants de l'imaginaire" 

Ici, c'est le making of, les sources d'inspirations, la réalisation...

 Retour sur mes oeuvres d'enfance : déjà des chinoises, déjà des collages, déjà des fleurs...

collage réalisé dans les années...soixante-dix...!

collage réalisé dans les années...soixante-dix...!

Un peu d'exercices préalables d'écriture chinoise ...

... 花, huā, fleur, flower (making of )...

Ensuite, une production intensive, en série et en famille,  " à la chinoise"...pendant 3 semaines, presqu'un mois... il y a plus de 400 poupées à fabriquer !

... Que ce soit la copie des caractères chinois, ou la fabrication en série des chinoises par étapes répétitives , il y a un petit côté "méditation" ( concentration dans l'ici et le maintenant ) ou "art-thérapie" ( se sentir exister dans le processus créatif)  non négligeable...

... 花, huā, fleur, flower (making of )...
... 花, huā, fleur, flower (making of )...
... 花, huā, fleur, flower (making of )...

Sans oublier quelques shooting pour le teasing....

... 花, huā, fleur, flower (making of )...
... 花, huā, fleur, flower (making of )...

Voir les commentaires

...bouillonnement créatif au LAB 14 ....

Publié le par Chry

Au 140 boulevard du Montparnasse dans le 14è arrondissement de Paris, des locaux inoccupés de La Poste vont faire l'objet d'un grand projet de rénovation et réaménagement en logements. En attendant du 15 décembre 2016 au 26 février 2017, ces locaux ont été transformés en ateliers, salle d'expositions, expositions d'oeuvres en cours de réalisation,  d'une trentaine d'artistes urbains ( LABoratoire du 14è arr.)  .

Le 26 février aura lieu le vernissage final avant démolition.

http://artana-event.com/lab-14/ 

http://artana-event.com/wp-content/uploads/2016/12/Lab14_DOSSIER_PRESSE_211216.pdf 

http://www.telerama.fr/sortir/lab14-des-street-artistes-envahissent-un-bureau-de-poste-avant-sa-destruction,152974.php  

http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2017/02/14/visite-guidee-du-lab14-exposition-de-street-art-dans-un-ancien-immeuble-de-la-poste-a-paris_5079505_3246.html 

et sur mon blog Pérégrinatations urbaines toutes les photos que j'ai prises des oeuvres magnifique de ces artistes avec leur nom au regard de leurs oeuvres

1ère partie

2è partie

3è partie

C'est franchement formidable, enthousiasmant, admirable, quelle énergie créative, quelle imagination, vive l'Art et les Street Artists !!!

J'ai visité ces lieux avec Roswitha Guillemin qui a organisé ensuite un atelier "mail art" ( art postal) ( association Complèment Timbrées ) et écriture spontanée. Ce fut un super "artist's date" 

...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....

Hiboux oranges, grands mages de cérémonies oniriques et ludiques, très chouettes...

pour des volatiles amateurs de champignons...atomiques les champignons, l'éléphant en a mangé aussi car dans son ventre poussent des lianes... y vivent même des perroquets qui ont la tête au carré... étranges étrangers dans cet espace autrefois postal, les lettres et les timbres aussi étaient mis au carré comme les coupes de cheveux...

...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....

il y a eu une espèce de catastrophe, on trouve des carcasses d'ordinateurs déchus et empoussiérés, c'est complètement archéologique...

on voit des choses invisibles si on flashe, il faut plisser les yeux pas seulement les jupes ni les petits papiers en origami....

...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....

On ne sait pas si c'est vrai ou faux mais de toute façon c'est forcément vivant puisque c'est vécu, expériences spéciales, on se voit sens dessus dessous dans les glaces aux mille reflets, sensations de dédoublement et d'ubiquité magnanime,expansion universelle....

...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....
...bouillonnement créatif au LAB 14 ....

Voir les commentaires

...Découverte du juicing pour bien commencer 2016...

Publié le par Chry

1er jus by Chry : pour 4, une petite dizaine de carottes, 1/2 bettrave rouge crue, 5 ou 6 clémentines et 1 morceau de gingembre gros comme un dé ( le gingembre en petite quantité apporte vraiment un plus !) ... couleur magnifique et délicieux !

1er jus by Chry : pour 4, une petite dizaine de carottes, 1/2 bettrave rouge crue, 5 ou 6 clémentines et 1 morceau de gingembre gros comme un dé ( le gingembre en petite quantité apporte vraiment un plus !) ... couleur magnifique et délicieux !

Hello !!! Bonne année !!!

J'espère que vous allez bien !

Pour me booster le Père Noël m'a offert un extracteur de jus !!!

Pour savoir ce que c'est et comment ça marche, la vidéo réalisée par la demoiselle ci-après est parfaite !

Effectivement facile à monter et à nettoyer !!!

Cela faisait un moment que je tournais autour, à peser les avantages ( des jus frais très variés et vitaminés pour plus de santé et de forme) et les inconvénients ( un appareil de plus à caser sur le plan de travail, le prix, la facilité d'usage...)

Notre première tentative a été une réussite : pour 4, une petite dizaine de carottes, 1/2 bettrave rouge crue, 5 ou 6 clémentines et 1 morceau de gingembre gros comme un dé ( le gingembre en petite quantité apporte vraiment un plus !) ... couleur magnifique et malgré un surprenant petit goût de "terre" apporté par la bettrave, c'était délicieux ! ( en revanche les ados étaient méfiants et pas totalement conquis...)

2è tentative

J'avais une petite idée d'association de fruits et légumes qui me trottait dans la tête, car en matière de jus comme pour tout ce qui se boit et mange, pour que ce soit bon à manger ( ou à boire) il faut que ce soit "bon à penser"...( or je n'arrive pas bien à "penser" certaines recettes associant par exemple radis noir et grenade, ou de couleur vert caca d'oie, aussi détox et bonne pour la santé soient elles...)

Alors pour deux grands verres j'ai mis : un gros fenouil, 2 petites poires, un citron jaune, un dé de gingembre... Ce jus jaune en apéro m'a mis une de ces patates !!!! acidulé sans dresser les poils, anisé, super recette ! et apprécié par junior ! yes !

2è jus by Chry : jus jaune de fenouil,  poires, citron et gingembre

2è jus by Chry : jus jaune de fenouil, poires, citron et gingembre

Voir les commentaires

Le système éducatif tue la créativité

Publié le par Chry

Voir les commentaires

...zentangle, deux filles et un chat....

Publié le par Chry

...zentangle, deux filles et un chat....
...zentangle, deux filles et un chat....
...zentangle, deux filles et un chat....

Voir les commentaires

...zentangle , fish...

Publié le par Chry

...zentangle , fish...

Voir les commentaires

...zentangle...

Publié le par Chry

J'ai découvert un nouveau truc : le zentangle... bon, j'avais déjà vu ça en naviguant sur les sites de créatives anglo-saxonnes mais je suis tombée sur un livre de Beckah Krahula traduit en français qui permet de s'initier pas à pas aux motifs du zentangle...

...zentangle...

ce qui m'a permis de démystifier la confection de ces dessins aux motifs poétiques, répétitifs, denses et minutieux que j'admirais ...

Qu'est ce que le zentangle ? 

 

Initialement cela ressemble aux gribouillages que l'on fait quand on est au téléphone ou pendant une réunion fastidieuse...mais  le procédé a été systématisé par Rick Roberts et Maria Thomas qui en ont fait une sorte d' "art méditatif" : en effet la répétition délibérée de petits motifs répétitifs produit non seulement de magnifiques dessins, mais plonge dans un état de conscience proche de celui de la méditation, une sorte d'état de concentration détendue...d'où "zen" et "tangle" ( enchevêtrement, gribouillage )....

" Des études montrent que ce type d'activité renforce la mémoire, stimule la créativité, améliore l'humeur et peut aussi favoriser le calme en situation de stress. (...) le Zentangle met le cerveau au repos, telle une sieste dont on se réveille délassé. Il améliore la confiance en soi ainsi que la coordination des yeux et des mains, essentielle dans le dessin."

" ...il n'y a pas besoin de beaucoup de matériel , ni d'un grand espace, ni de capacités techniques. Le matériel peut s'emporter partout et tout le monde peut pratiquer. "

Cette activité a donc toute les qualités...

Le Zentangle est donc en théorie une petite oeuvre d'art (le plus souvent abstraite), de très petit format, composée de motifs regroupés (le plus souvent) non figuratifs, créée sur un carré de papier à dessin de format de 8,9 cm de côté au moyen de feutres ( le plus souvent) noirs à pointes plus ou moins fines et de crayons de papier plus ou moins tendres.

Le livre de Beckah Krahula  enseigne donc pas à pas comment dessiner chacun des motifs qui composent un zentangle  et chacune des astuces pour les embellir.

Le blog Art Zen http://artzen.canalblog.com/ explique les premières étapes de cette méthode.

Il y a aussi quantités de vidéos et sites sur internet permettant de découvrir et d'apprendre ces motifs qui ont tous un nom, par exemple http://tanglepatterns.com/

 

 

mes premiers zentangles...mes premiers zentangles...
mes premiers zentangles...mes premiers zentangles...
mes premiers zentangles...mes premiers zentangles...
mes premiers zentangles...mes premiers zentangles...mes premiers zentangles...

mes premiers zentangles...

J'avoue être conquise et légèrement addict... J'y apprends la vertu de la patience....Je me suis achetée un petit carnet de croquis à spirales dédié à mes zentangles, et je l'emporte partout avec moi.

 

...zentangle......zentangle......zentangle...

 

Cet forme d'art m'ouvre des horizons nouveaux : le dessin à la plume, la BD, les arts textiles, les motifs Art Nouveau et Art déco...

 

...zentangle...

Voir les commentaires

...réflexions après avoir franchi la porte ouverte des Beaux-arts...

Publié le par Chry

Découvrant  que l'Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris http://www.beauxartsparis.com/  ouvrait ses portes – que je n’avais jamais franchies-  les  25 et 26 juin , j’ai décidé d’y aller…pour voir…si mes regrets étaient fondés…et quelles étaient les thèmes et moyens d’expression  de prédilection des futurs jeunes déjà artistes contemporains …me trouve dans une phase de réfléxion par rapport à ma propre création , pour prétendre être Artiste avec un grand A,  je dois évidemment travailler plus… mais comment, mais quoi…j’escomptais glaner des idées pour trouver mes propres réponses…

 

Qu’ai-je retiré pour moi de cette visite ?   

A comme artiste, A comme autodidacte, certes, mais surtout A comme audace…

Dé-complexer….

 

Ne pas hésiter à faire pleins de gribouillis recherches picturales et graphiques , ça c’est évident, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, mais surtout,  ne pas hésiter à les montrer, ne pas attendre que ces multiples brouillons et tentatives plus ou moins abouties finissent par produire une hypothétique Grande Œuvre….car d’une part cette dernière n’adviendra peut être jamais, d’autre part, notre propre jugement sur nos gribouillis  recherches de contrastes, de tonalités et de matières, tentatives de dessins,  est forcément partiel et partial….

 ( gribouillis...non!  "recherches de matières et couleurs à la tempéra" , c'est joli hein ?)...

( gribouillis...non! "recherches de matières et couleurs à la tempéra" , c'est joli hein ?)...

Pour les montrer, surtout les ENCADRER ( ou les bien présenter )…

 

Des gribouillis dessins et/ou taches de couleurs dont l’esthétique et le sens sont totalement incompréhensibles, une fois encadrés et rassemblés en série consistantes et cohérentes ( oui quand même, car l’important est ensuite de savoir expliquer l’intention derrière tout ça, même si l’objectif n’est pas atteint, finalement c’est la quête, le sens caché de la démarche qui comptent… ) sont singulièrement mis en valeur… et ce faisant, prennent de la valeur…surtout pour l’observateur inculte…ne pas oublier de peaufiner le discours de l’Artiste pour expliquer le sens caché de son travail ….

Je me rends compte qu’investir dans l’encadrement ou mise en valeur de ses productions est essentiel…

 

Par ailleurs, ne pas hésiter à produire ses grabouillis à peindre sur de gigantesques supports, des chassis toilés de 2 x3 mètres, plus c’est grand plus ça fait Artiste avec un grand A qui dispose d’un Atelier avec un grand A et surtout une hauteur de plafond lui permettant d’entreposer les gigantesques toiles ( c’est sûr en appartement, ça limite…) …

bon c’est vrai que peindre quelque chose de sensé sur une telle surface nécessite tout de même une certaine maîtrise…mais c’est pas forcé…augmenter la taille des supports de toute façon...un grand support confère une aura d'Artiste… montre qu’on est capable d’affronter de la surface…

 

Pour ce qui est de la sculpture, je n’ai pas tout compris, notamment je ne sais pas si ce que j’ai vu était fini ou en cours…je me suis juste remémoré qu’il fallait que j’utilise aussi du grillage à poule pour augmenter le volume de mes propres sculptures…qu’un étau ne me serait pas inutile…

 

Ne pas hésiter non plus à peindre sur les murs…oui mais en appartement, je ne suis pas sûre que je me lance, d’autant que mon mur d’atelier sert aussi d’écran de projection de films, donc la moindre gouttelette est interdite…ça tombe bien car l’installation de vidéos ( ennuyeuses et incompréhensibles de préférence) est une composante importante de l’expression Artistique…c’est vrai que c’est plutôt un projet d’équipe, mais j’ai l’Equipe, enfin, je veux dire j'ai une équipe familiale plutôt motivée à l'idée de faire des films , donc il faut que je me colle à la rédaction de scénari, story board , et conception et fabrication de décors …

 

La vidéo est souvent une composante de l’installation…Ah ! l’installation…ça me laisse perplexe ( Chéri, fais attention où tu mets les pieds, c'est une oeuvre d'arrrrt !!!!! ) …l’œuvre éphémère…heureusement il paraît que l’important est le concept de l’installation et non forcément sa réalisation…( excusez-moi si je parais découvrir l’eau tiède…)

( photo de troncs et branchages auxquels je n'avais pas trouvé finalement grand intérêt... quoique...peut être que si... )

( photo de troncs et branchages auxquels je n'avais pas trouvé finalement grand intérêt... quoique...peut être que si... )

La photographie est aussi un filon intéressant à exploiter, comme art en soi ou comme élément d’une œuvre mixte… mais alors il faut que je révise mes conceptions de ce qu’est une photo artistique…en gros toutes les photos que non seulement je ne publie pas mais que j’élimine au cours du temps, par exemple des branchages morts qui ne m’inspirent pas beaucoup , mériteraient une plus grande considération, surtout si j’apprenais à réaliser de savants montages par lesquels je réussisse à insérer une photo de moi nue peinte en bleu dans les branches, ou si j’arrimais au tronc un moulage de mon buste en plâtre ou résine…devenir beaucoup plus narcissique, plus névrosée aussi…

...réflexions après avoir franchi la porte ouverte des Beaux-arts...

Bon j’ai du pain sur la planche… Ne vous y méprenez pas, mon ton un tantinet sarcastique n’est pas une manifestation de mépris…j’ai seulement un problème de compréhension de l’art contemporain…enfin…d’une certaine forme d’art contemporain, dont les œuvres ont toujours un je ne sais quoi d’inachevé, de brouillon, de non maîtrisé, de provisoire et éphémère … une sorte de langage de bois tape à l’œil dont on se gargarise parce que c’est tendance mais dont on ne sait pas bien si l’auteur en perçoit encore le Sens…une sorte d’excroissance artistique d’un monde dépourvu d'humanité et sans espoir, qui navigue à vue ...je n’ai pas envie de faire ça. Mais j’ai vu aussi cet après-midi de très belles choses, des dessins au crayon ou à la plume pleins d’émotions, des peintures qui retiennent longtemps l’attention, des fresques magnifiques, des gravures très drôles…témoignant d’une belle maîtrise technique…c’est cette maîtrise là que je rêve d’atteindre…et j’en reviens donc au rituel consciencieux du travail quotidien en quête de Sens….

Voir les commentaires

The artist's way Semaine 5 Retrouver le sentiment du possible

Publié le par Chry

Julia Cameron dans son livre "Libérez votre créativité" nous invite cette fois à examiner les bénéfices que l’on tire à ne pas bouger, à constater comment on n’exploite pas son potentiel en fixant des limites aux dons du Ciel, à évaluer le coût de vouloir paraître au lieu d’être authentique. Elle nous invite à imaginer des changements radicaux pour ne plus être inhibé et ne plus nous restreindre en imputant la responsabilité aux autres.

 

( je rappelle que ce qui suit est un résumé subjectif de l’ouvrage de JC, j’élague notamment tous ses exemples)

The artist's way Semaine 5 Retrouver le sentiment du possible

1. Ne nous fixons pas de limites

 

Il y a lieu de rappeler que pour Julia Cameron , créer est un acte de Foi et que pour développer sa créativité, il faut développer sa spiritualité, s’ouvrir à la Foi…

Pour elle, il faut donc considérer que Dieu ( non pas le Dieu de telle ou telle religion, mais le Grand Créateur ) est source de toute créativité, qu’Il a des quantités de projets extraordinaires pour nous et qu’Il est une source d’aide illimitée pour les réaliser, dès lors que l’on est prêt à écouter, à recevoir, et à s’y mettre…

Et donc il nous faut arrêter de décider d’emblée et a priori de ce que Dieu a à nous apporter, de fixer des limites à l’aide que Dieu peut nous fournir , d’arrêter d’être avare avec nous même et de renvoyer les cadeaux qu’on reçoit. L’aide de Dieu ne ressemble pas souvent au coup de baguette magique. En général, il s’agit d’une collaboration consciente, on arrête d’avoir des croyances négatives, on clarifie ce qu’on veut vraiment, on travaille dur pour y parvenir, et un jour …pchioutt !!! les choses se mettent en place de façon incroyablement facile….et souvent imprévue.

Il faut d’abord prendre conscience que Dieu a des ressources illimitées pour chacun d’entre nous auxquelles on a tous le droit d’accéder : il n’y a pas à culpabiliser d’obtenir trop. Il n’y a pas non plus à utiliser cette aide divine avec pingrerie comme si on avait peur de manquer ensuite. Au contraire Dieu est une source, un flux d’énergie qui aime se répandre ; il faut recevoir de Dieu avec gratitude comme un acte de vénération. Il y a lieu aussi d’être attentif au fait que l’Aide, le flux d’énergie créatrice divine s’écoule où Il le veut et non où nous le voulons. En conséquence il est important d’accepter de recevoir quelque chose de bon d’une source quelconque qui peut être inattendue et déconcertante et non pas seulement selon les critères des conventions sociales. Avoir la foi en Dieu libère des dépendances négatives et de l’anxiété en nous assurant qu’Il pourvoira d’une façon ou d’une autre à nos besoins et à la réalisation de nos rêves. « Notre travail est de savoir comment il va s’y prendre » et un des moyens d’écouter c’est d’écrire les pages du matin. , faire la liste des domaines où on a besoin de conseils et poser les questions le soir avant de s’endormir, et le matin, écrire, recevoir les réponses .

 

 

2. Trouver la rivière

 

Il nous arrive de penser de façon négative et craintive, d’être effrayé par les espoirs que nous avons fait naître. Acquérir la Foi, évoluer vers une dépendance spirituelle se fait progressivement, chaque jour de façon lente et sûre ; chaque jour devenir plus authentique, avoir une attitude plus positive. Exprimer d’avantage notre vérité, d’avantage entendre celle des autres, ne plus juger.

Les pages du matin nous libèrent de l’emprise de nos opinions ancrées et vues étroites, car elles nous donnent le sens du mouvement, du fait que les choses changent, ne sont pas immuables. Devenir dépendant de la source divine, c’est se libérer de toutes les autres dépendances car nous sommes libérés de nos terribles peurs d’abandon, et nous ne sommes plus en demande constante de réassurance de l’amour de nos proches, de la considération de nos contemporains. Ceux-ci libérés de ces demandes incessantes peuvent alors nous aimer, venir à nous librement.

Au fur et à mesure des pages du matin nous devenons moins rigides. L’image de Julia Cameron est celle de trouver la rivière et d’accepter son flux, ses courants, ses méandres. Nous nous surprenons à accepter des opportunités. Nous abandonnons des idées que nous avions sur nous et nous découvrons un nouveau Moi qui prend plaisir à toutes sortes d’aventures bizarres. Les pages du matin nous apprennent à nous traiter avec plus de gentillesse. Julia Cameron dit qu’étant moins désespéré, nous sommes moins dur avec nous-mêmes et avec les autres et nous apprenons la compassion. Nous apprenons à accepter la générosité, qui peut se présenter sous des formes insoupçonnées .

 

3. Le piège de la vertu

 

« Un artiste doit avoir du temps mort, du temps pour ne rien faire. Défendre notre droit à un tel temps implique du courage, de la conviction et de la résistance. Nos familles et nos amis pourront être frappés par un tel temps, espace de tranquillité qu’ils peuvent vivre comme un retrait d’eux. Cela l’est. Pour un artiste, le retrait est nécessaire. Sans cela, l’artiste en nous se sent triste, irrité, de mauvaise humeur. Si une telle privation continue, l’artiste en nous devient maussade, déprimé, hostile. A la fin, nous devenons comme des animaux aculés, montrant les dents à notre famille et à nos amis pour qu’ils nous laissent seuls, et arrêtent de formuler des demandes irraisonnables. C’est nous qui formulons des demandes irraisonnables. Nous nous attendons à ce qu’un artiste fonctionne sans lui donner ce dont il a besoin pour créer. Un artiste a besoin de solitude créative constante. Pour guérir, un artiste doit laisser le temps faire, seul, son travail. Sans cette période de recharge, notre artiste s’épuise. Au fil du temps cela est pire que d’être de mauvaise humeur. Les menaces de mort sont à l’œuvre . »

 

Dans un 1er temps, la colère est dirigée contre les proches qui empêchent et interrompent sans cesse cette solitude nécessaire, mais au fil du temps, si ce besoin continue d’être ignoré, ou plutôt parce que nous craignons de mettre en péril nos relations avec nos proches, nous substituons le suicide aux envies assassines. Rester bloqué et différer sine die le maternage de son moi créateur authentique en voulant être utile, agréable aux autres apporte de nombreux bénéfices secondaires tels que le sentiment d’être un bon parent, ou un enfant reconnaissant, ou un conjoint aimant …c’est le « piège de la vertu »… Pour un artiste, être vertueux ( ne pas être égoïste, être généreux, serviable, aimable…) peut être mortel…et en réalité, nous faisons comme si nous étions là, mais notre vrai Moi n’est plus là , il ne reste qu’une enveloppe bien dressée. Nous sommes comme dissociés . Par peur de paraître égoïste, nous nous suicidons passivement.

The artist's way Semaine 5 Retrouver le sentiment du possible

4. Etes vous auto-destructeur ?

 

Cette question est rarement comprise dans son vrai sens, à savoir « Détruisez vous votre moi ? » , « détruisez-vous votre vraie nature ? »

Nombreuses sont les personnes « prises au piège de la vertu » qui n’apparaissent pas a priori autodestructrices ; elles se sont construit un faux Moi agréable pour les autres et recevant l’approbation générale en étant de bons parents, de bons époux, de gentils voisins, de bons employés….le faux Moi est toujours patient, toujours désireux de différer ses besoins pour répondre aux besoins ou demandes des autres…en réalité leurs vertus ont détruit leur vrai Moi sain, celui qui sait quels sont ses intérêts, parfois un peu anarchiste et perturbateur, celui qui sait dire non aux autres…

Les créateurs pris au piège de la vertu n’arrivent pas à avoir une bonne opinion de leur vrai Moi et ne peuvent le montrer aux autres sans redouter continuellement leur désapprobation.

Les créateurs pris au piège de la vertu ne peuvent pas se demander : « quels sont mes besoins ? que ferais je si ce n’était pas trop égoïste ? » Et bien justement, que feriez vous si ce n’était pas aussi fou ? si ce n’était pas trop égoïste ?

Julia Cameron dit : « en cherchant le Créateur qui est en nous et en embrassant nos propres dons de créativité, nous apprenons à être spirituel dans ce monde, à croire que Dieu est bon et nous aussi, nous le sommes, et qu’il en est de même pour toute création. De cette manière nous évitons le piège de vertu. »

 

Questionnaire du piège de la vertu

- le plus grand manque dans ma vie c’est………

- la plus grande joie dans ma vie c’est……

- ce qui me prend le plus de temps c’est…..

- comme je joue d’avantage je travaille…….

-je me sens coupable d’être……

- je me préoccupe pour…….

- si mes rêves se réalisent ma famille va…

- je me sabote, ainsi les gens vont……..

- si je me laisse aller aux sentiments, je suis en colère contre…..

- une des raisons pour lesquelles je me sens triste parfois, c’est……..

 

Est-ce que votre vie sert à vous ou aux autres ? Etes vous autodestructeur ?

 

5. Joies interdites

 

Les créateurs bloqués adorent se dire non, s’opposer des refus ; pour en prendre conscience , citez 10 choses que vous aimez et aimeriez faire, mais que vous ne vous autorisez pas à faire comme par exemple :

- avoir sur soi un carnet de croquis et des crayons,

- se faire faire des mèches,

- apprendre à piloter un avion,

- faire de la plongée sous marine ect ect ….

 

Souvent le seul fait d’écrire cette liste fait tomber les barrières qui empêchent de faire.

 

 

6. La liste des vœux

Terminer les phrases suivantes

1.je souhaite …………………

2.je souhaite…………………..

3.je souhaite …………………

4.je souhaite…………………..

 

Aller comme ça jusqu’à 20, écrire vite, pour échapper au Censeur, laisser s’exprimer la frivolité

 

7. Exercices de la semaine

1.les raisons pour lesquelles je ne peux vraiment pas croire en un Dieu qui porte secours sont :

-………

-………. ( énumérez en 5 )

 

2.commencer un dossier d’images, un dossier de 5 désirs ( rêves, projets ) si vous aviez la foi, l’argent, l’audace….rassemblez des images illustrant ces désirs , photographies, dessins, informations…

 

3 .à nouveau, citez 5 vies imaginaires que vous aimeriez vivre…y a-t-il du changement depuis le même exercice des premières semaines ? avez-vous commencé à en réaliser des parties ? vous pouvez mettre des images de ces vies dans votre dossier d’images.

 

4.si j’avais 20 ans et si j’avais de l’argent, je ferais……….. ( rajouter des images correspondantes dans le dossier d’image)

 

5.« si j’avais 65 ans et de l’argent, je ferais… »…. Faites la liste des 5 plaisirs que vous avez remis à plus tard, rassemblez encore des images pour votre dossier.

Par exemple : « j’habite maintenant dans une maison que j’ai imaginée pendant 10 ans ainsi……….. »

 

6.« les 10 comportements qui prouvent que je suis mesquin avec moi-même sont….. »

 

7.« les 10 objets que je n’ai pas et que j’aimerais avoir sont…. »

 

8.« honnêtement mon blocage créatif favori c’est … » ( regarder la tv, lire beaucoup, rencontrer des amis, faire du sport, secourir les autres, travailler…) Nommez le. Dessinez vous en bd en train de vous adonner à votre blocage créatif favori.

 

9.« mon bénéfice à rester bloqué c’est……. »

 

10.« la personne que je rends responsable de mon blocage c’est……. »

Voir les commentaires

...différentes sortes d'artist's dates, à ma sauce...

Publié le par Chry

 ...suite de l'article précédent RETOUR D’EXPERIENCE SUR LE « RENDEZ VOUS AVEC L’ARTISTE EN SOI » 

 

* l’artist’s date collectif avec des connus ou inconnus qui sont aussi en artist’s date

Pour moi , c’est le moyen le plus « simple » et le plus stimulant  pour « être obligée » d’y aller en « abandonnant » homme et enfants sans culpabilité : m’ inscrire à un  atelier collectif d’arts plastiques ( qui peut être ponctuel, ou mensuel , pas forcément hebdomadaire) , une rando organisée, une soirée-fabrication de bijoux entre nanas, un cours de chinois  … la liberté de choix est grande…Il s’agit de stimuler son imagination, de découvrir de nouvelles activités, de nouveaux horizons, de prendre plaisir, d’échanger … Tous les gens qui sont là poursuivent ces mêmes objectifs.

 

...ça me plait tellement que j’essaie de susciter moi-même des ateliers « émulation » entre copines dans tous les domaines des loisirs créatifs et beaux-arts…simplement s’autoriser à faire, sortir du projet sans cesse remis au lendemain, essayer,  même si ce qu’on fait est carrément perfectible,  ce n’est pas grave, c’est même normal quand on débute une activité de ne pas savoir faire bien, l’important c’est de rentrer dans le concret, d’oser . A plusieurs c'est tout de suite plus facile, plus ludique...

 

L’ artist’s date collectif peut consister à prendre des cours techniques pour acquérir des connaissances, un savoir-faire ou plus d’aisance dans un domaine, mais si ces cours deviennent une source de stress et de remise en cause personnelle , c’est peut être normal et utile, parce que la technique est difficile ou le prof exigeant, parce qu’il nous fait progresser,  mais on sort de la notion d’artist’s date, je pense… bon, ça, on ne le sait qu’en expérimentant…

 

* le mini artist’s date quotidien.

Je crois qu’en cas de blocage créatif procrastinatoire aigu,  c’est beaucoup plus facile de s’accorder un petit temps quotidien , 5mn, 15-20 minutes par exemple ( pourquoi pas une heure, quel luxe ! ) , plutôt que deux heures hebdomadaires…c'est moins culpabilisant, moins angoissant...c’est une application de la méthode kaizen, un petit pas chaque jour …en outre, au bout de trois semaines, il paraît que ça génère l’ancrage d’une habitude, ça devient une sorte de réflexe…

 

Il ne faut pas se prendre la tête, il suffit de faire des trucs bêtes, des baby steps ! 

Jour 1 peindre une feuille d’une couleur de fond

Jour 2 faire des découpages de motifs  dans des magazines

Jour 3 coller les motifs découpés sur le fond peint

Jour 4 dessiner des traits , arabesques ou formes pour relier les motifs entre eux

Jour 5 écrire des mots en rapport avec les motifs et les dessins

 

Bon voilà on peut continuer comme ça chaque jour , ou arrêter quand on pense que c’est fini…

Si on trouve que c’est beau tant mieux , si c’est moche on cherche pourquoi et on améliore, on recommence, ou on passe à autre chose, ça n’a absolument aucune importance, le but n’est pas de faire une grande œuvre, mais simplement de s’entraîner à éprouver le besoin de chaque jour faire un petit quelque chose de créatif .

 

J’ai donné un exemple avec peinture, découpage, et écriture, car c’est mon domaine, mais ça peut être de coudre des boutons pour customiser une vieille veste, de passer 10 mn à l’animalerie regarder les poissons exotiques dans les aquariums, de faire 3 rangs de tricot , 5 mn de chant d’opérette sous la douche, 1 ligne de partition à la guitare, tester les mirabelles avec la cuisse de pintade , dormir dans l'autre sens du lit,  n’importe quoi qui nous permette de nous sentir créatif, de plus en plus productif dans nos domaines de prédilection .

 

Quand on a pris l’habitude de ce petit rendez vous quotidien, il advient inévitablement deux choses :

- on éprouve de plus en plus souvent la nécessité d’augmenter la durée du rendez vous quotidien,

- on éprouve beaucoup de mauvaise humeur si l’on est empêché un jour d’accomplir sa petite œuvre créative.

 

C’est pourquoi j’ai inventé...( enfin ...je présume que d'autres l'ont inventé avant moi, disons que je l'ai redécouvert !)

 

*  le micro artist’s date spacio-temporel…

C’est le plan de survie créative en cas de journée noire, quand on est pris à la gorge par les obligations professionnelles ou familiales, par des maux divers , les journées où L’enfer c’est les autres.

Il s’agit juste d’apprendre à mobiliser rapidement son attention sur des perceptions ou sensations surgissant à l’improviste, de se connecter rapidement avec l’artiste en soi afin de les mémoriser, les enregistrer, faire une photo, un croquis, rédiger quelques mots, ne pas laisser échapper le souvenir, l’association d’idées ou d’images incongrues…La journée n’aura pas été perdue.

 

Mon outil de prédilection ( mais il y en a des tas d’autres)  est mon appareil photo, et nombreuses sont mes photos qui ont été prises en ces occasions déprimantes ( pas toutes heureusement !!) … pour échapper à l’ennui ou à la colère j’observe autour de moi, je modifie mon regard.

...différentes sortes d'artist's dates, à ma sauce...

Là par exemple, mes gosses me pompaient le chou à un point critique...je les ai laissé à leurs disputes en apercevant ces deux volatiles perchés sur une patte au bord du lac du parc départemental de la Courneuve, et j'ai attendu deux ou trois minutes que celui de droite daigne arrêter de fourrager sous son aile pour placer sa tête et son cou en symétrie avec son copain de gauche...ça m'a calmé.... Il advient parfois que mon regard entraine celui des autres et je me retrouve avec homme et enfants me cherchant des têtes d’arbres….

Et donc, un prochain article sera consacré à l’artist’s date familial et à l’artist’ date improvisé.

Voir les commentaires

1 2 > >>