Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The artist's way Semaine 4 Retrouvrez le sentiment d'intégrité

Publié le par Chry

Ceci est un résumé personnel des chapitres de l'ouvrage deJulia Cameron " Libérez votre créativité" afin de partager sur ces pistes de réfléxion, les expériences proposées.

The artist's way Semaine 4 Retrouvrez le sentiment d'intégrité

 

1 Changements honnêtes ( je ne comprends pas bien ce titre, c’était quoi en anglais ? après lecture du chapitre en question je dirais « soyons honnêtes avec nous même, reconnaissons les changements qui s’opèrent peu à peu » )


et ce grâce notamment aux pages du matin….

 

Celles-ci nous permettent de faire la différence entre nos sentiments authentiques et nos sentiments officiels.

 

Souvent quand on nous demande si ça va, on répond «  ça va ! » mais que cache cette réponse polie ? de la résignation, du stoïcisme , une anesthésie, de la satisfaction, un mensonge, du soulagement, du contentement, de l’enthousiasme ?

 

Les pages du matin servent à le savoir.

 

Julia Cameron explique qu’elle a observé que « beaucoup de personnes tendent à négliger ou abandonner les pages du matin chaque fois qu’une clarification désagréable est sur le point d’émerger », quand par exemple émergent en nous des émotions fortes, ou un (pré)sentiment que nous ne voulons pas admettre ( colère, impression d’être trahi(e) par quelqu’un qu’on aime, passion déraisonnable….) Les pages du matin ne nous permettront pas en effet de passer outre le problème, alors nous les évitons pour éviter de nous confronter à la réalité.

 

Les pages du matin nous indiquent les besoins de réajustement lorsque nous nous éloignons de notre vérité personnelle ; elles nous permettent de prendre conscience de nos dérives, pour les corriger, ne serait-ce que pour empêcher les pages du matin de parler .

 

«  “ que votre Moi soit authentique ” disent les pages , tout en pointant ce Moi avec empressement. »

 

Cameron cite Tchekhov qui conseillait “ si vous voulez travailler sur votre art, travaillez sur votre vie” et explique que cela signifie que pour avoir une expression personnelle , il faut d’abord avoir un Moi à exprimer, lequel apparaît aux détours des pages du matin où il est libre ; elle dit que le processus d’identification du Moi entraîne aussi bien des pertes que des gains ; en exprimant ses frontières, le Moi s’oppose, se sépare, abandonne – les idées fausses notamment- ; au fur et à mesure que nous éliminons l’ambiguïté, nous perdons l’illusion aussi, et la clarté créée le changement.

Les pages du matin nous permettent de détecter le travail qui n’intéresse plus, les relations qui nous ennuient, les petites blessures qu’on préférait ignorer, et aussi les grands succès qu’on ne voulait pas voir ect…parfois cela ne nous plaît pas du tout, nous préférions nos illusions confortables , nous nous révoltons, souffrons, pleurons….

Les pages du matin nous apprennent peu à peu à identifier vraiment ce que nous voulons, et  à trouver des solutions, même si c’est avec des crises de rage et de la douleur.

Les pages du matin nous indiquent le chemin vers la réalité ; vient la question : et maintenant que fais tu de la réalité que tu perçois enfin ?

 

Bien souvent ce que nous en faisons c’est de l’art. 

 

Car la créativité s’appuie moins sur l’imaginaire que sur la réalité. Quand on est plus conscient de soi-même, de nos valeurs, de notre situation dans la vie, on est plus disponible à l’instant présent.

 

C’est dans le singulier que nous sommes en relation avec notre Moi créateur. «  Avant d’expérimenter la liberté de la solitude, nous ne pouvons créer de liens authentiques ».

 

L’expression (artistique) originale apparaît au moment où nous nous rencontrons, où nous rencontrons notre vérité ; nous sommes  l’origine à partir de laquelle le travail se fait.

 

Au fur et à mesure que nous ( re)gagnons notre identité créatrice, nous perdons le faux Moi que nous nous étions construit, et cela peut être un peu traumatisant , on ne se reconnaît plus .

C’est un bon signe. Les changements de goût, de perception, sont un signe de changement d’identité. Des choses qui étaient là, évidentes, deviennent inadaptées.

 

Ce sont de très bon signe que de se mettre à trier les armoires de vêtements et se débarrasser de ceux qui ne vont plus en taille mais aussi en style, de mettre à la brocante ou à la déchetterie pleins de vieux objets et meubles…

 

Ce sont des bons signes  de voir ses rêves changer, devenir plus conscients, plus fantaisistes, plus forts.

 

Ce sont des bons signes que d’avoir des impulsions subites à danser, chanter, courir…

 

Ces tris, ces séparations d’avec les objets du passé peut générer des émotions fortes, crises de larmes, fous rires…Pendant un temps on peut se sentir « tout nu », sans repère, sans abri….

 

Quand on est rentré dans le processus de reconquête de sa créativité avec les pages du matin et les rendez vous d’artiste, les changements se produisent parfois à une telle vitesse qu’on n’en est pas conscient ; attention, en ne les reconnaissant pas, on risque de faire avorter le processus et c’est parfois tentant…

 

Avec les pages du matin on « essuie la buée sur le miroir » entre soi et notre « moi authentique »

 

«  Chacun de nous est un être créateur unique. Mais nous voilons souvent cette unicité en consommant trop de sucre, trop d’alcool, des drogues, en travaillant trop, en étant trop sur la retenue, en ayant des mauvaises relations, une vie sexuelle néfaste, en ne faisant pas assez de sport, en regardant trop la télévision, en ne dormant pas assez….tout cela constituant une nourriture préjudiciable à notre âme. Les pages du matin nous aident à voir ces tâches sur notre conscience. »

 

2. Entrer en soi

Flash back sur ce qui a bougé depuis la semaine 1, depuis qu’on écrit les pages du Matin, depuis qu’on prend des rendez vous d’artiste….quels changement dans notre vie ? regain d’énergie, mouvements d’humeur, moments de lucidité, changements d’attitude et d’opinion , nouvelles perspectives, déception, foi, interrogations, regrets du temps où on croyait que rien n’était possible, où on n’avait pas conscience de tout ce qu’on peut faire pour améliorer la vie…aspiration à du repos…les pages du matin sont un hâvre de paix où on peut se reposer tout en avançant …les pages du matin symbolise notre volonté de s’ouvrir aux possibles que l’univers nous réserve…on peut utiliser une partie des pages du matin pour noter nos progrès, et pour d’engager à être réceptif à tout ce qu’on perçoit qui vibre en nous et autour….

 

 

3. Exercice : Rêves enfouis

Réponse rapide et frivole exigée, spontanéité :  la rapidité tue le Censeur.

 

Indiquez 5 hobbies qui vous semblent drôles ;

Indiquez 5 cours qui vous semblent drôles ;

Indiquez 5 choses que personnellement vous ne feriez jamais et qui vous semblent drôles ;

Indiquez 5 compétences que vous jugeriez amusantes de posséder.

Indiquez 5 choses que vous aimiez faire.

Indiquez 5 choses bêtes que vous aimeriez essayer immédiatement.

 

L’objectif est d’obtenir de notre inconscient le maximum d’informations sur ce que nous pourrions aimer consciemment.

 

4. Privation de lecture

 

Selon Julia Cameron, si on reste coincé dans sa vie ou dans son art, il n’y a pas de solution plus efficace que de se priver de lecture pendant une semaine.

 

La lecture lui apparaît en effet comme une espèce de gavage, ou d’absorption de tranquillisants. Se priver de lecture permet de se plonger dans le monde des sensations ( voyager en train sans se cacher derrière le bouclier du journal permet de laisser aller son imagination , observer les autres voyageurs, deviner quel est leur métier…), dans un silence intérieur…certains très vite comblent ce silence par encore des mots, conversations longues et banales, radio, tv…il faut être attentif à ces autres polluants qui viennent empoisonner notre puits intérieur….

 

Et là je me cache sous mon tapis de souris ! pas de lecture d’internet non plus alors !!!!

 

Filtrer l’entrée des informations lues permet l’émergence de notre propre pensée, de nos propres sentiments, de notre propre expression …

 

La simple idée de cette expérience peut paniquer. Pour la plupart des créateurs bloqués, la lecture est une addiction ; nous gobons les mots des autres plutôt que de produire nous même quelque chose de notre cru..

 

Quand on ne lit pas que fait on ? ( et à condition de ne pas s’étaler devant le télé…)

Ecouter de la musique, tricoter, réfléchir, méditer, cuisiner, inviter des amis à dîner, réparer sa bicyclette, coudre ou nettoyer des rideaux, trier les placards, régler les factures, repeindre sa chambre, rempoter des plantes, écrire à d’anciens amis, ( faire) réparer la chaîne stéréo, raccommoder, faire de l’aquarelle….

 

En fait l’idée est que si on ne lit pas, tôt ou tard on sera à cours d’activité et on sera bien obligé de s’en inventer, de jouer, et c’est excitant….

 

5. Exercices de la semaine

 

  1. décrire son environnement idéal, le dessiner ou découper et coller des images qui le représente ; placer cet image là où on travaille.
  2. Voyage dans le temps : décrivez vous à 80 ans ; qu’avez-vous aimé faire après 50 ans ? écrire une lettre comme si on avait 80 ans en se l’adressant à l’âge qu’on a maintement ; que diirait on ? quels intérêts inciterait-on à poursuivre ? quels rêves encouragerait-on ?
  3. Voyage dans le temps : rappel du temps où on avait 8 ans…qu’aimait on faire ? quelles étaient nos occupations favorites ? écrire une lettre comme si on avait 8 ans en se l’adressant à notre âge actuel…que dirait-on ?
  4. Transformer un coin de sa maison en espace secret et privé rien que pour nous ; un coin décoré pour se divertir avec un siège confortable et un support pour écrire, et une espèce de petit autel pour la spiritualité…
  5.  Dessiner à nouveau notre gâteau de vie ( voir semaine 1 ) a-t-il évolué ? ne pas être impatient , se construire des habitudes d’artiste sain prend du temps ; faire la liste des « jouets » qu’on pourrait procurer à l’ « artiste-en-soi » …
  6. écrire sa propre prière d’artiste et la réciter tous les jours ;
  7. projeter un rendez vous d’artiste prolongé , un jour entier, un week-end…
  8. se débarasser de vêtements qui ne nous correspondent plus.
  9. Considérer une situation de sa vie qu’on aurait dû changer ; quel bénéfice retire-t-on à rester coincé ?
  10. Si on ne respecte pas le contrat de privation de lecture, raconter par écrit la façon dont on a rompu l’engagement : accès de mauvaise humeur ?  erreur ? rébellion ? quel est notre ressenti face à cette expérience ?

Commenter cet article