Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The artist's way Semaine 1 Retrouvez le sentiment de sécurité

Publié le par Chry

Ceci est un résumé personnel des chapitres de l'ouvrage de Julia Cameron "Libérez votre créativité" (Ed°Dangles) afin de partager ces pistes de réfléxions, les expériences proposées.

Acrylique sur papier  70 x100 cm

Acrylique sur papier 70 x100 cm


1) Les artistes – fantômes

Notre Moi créateur, l’Artiste-en-nous a un besoin essentiel : celui d’être soutenu, encouragé, materné, autant pour ses tentatives et ses efforts que pour ses réalisations et ses triomphes.

Cependant nous sommes nombreux, enfant,  à ne pas voir ce besoin satisfait .

 

Les parents donnent plutôt des conseils et des mises en garde et encouragent rarement l’Artiste en herbe à expérimenter. ( " arrête de rêver !" )

 

«  De jeunes artistes timides qui ajoutent à leurs propres peurs celles de leurs parents, abandonnent souvent leurs rêves ensoleillés de carrière artistiques, s’installant dans le monde crépusculaire des regrets. C’est là, pris ente le rêve d’agir et la peur d’échouer, que naissent les “ artistes-fantômes ”  »

 

J.Cameron appelle  “ artistes-fantômes ”  des personnes , qui ont souvent un fort mauvaise image d’elles-mêmes,  qui s’entourent d’objets d’art et d’artistes, persuadés qu’être créatif est une prérogative qui n’appartient qu’aux autres et à laquelle elles ne peuvent aspirer.

 

Pour leurs parents, une carrière artistique ne peut exister qu’en dehors de la réalité socio-économique, et si des encouragements sont prodigués, c’est pour envisager la pratique d’un art comme un hobby , sur les bords de la vie réelle.

 

Ou bien la pratique artistique est envisagé comme l’outil ou l’objet d’une autre profession : enseignant , art-thérapeute, critique , journaliste, publicitaire , agent artistique…

 

Ou bien ces personnes épousent un artiste et vit dans son ombre comme un fantôme.

 

«  En règle générale, les artistes fantômes portent un jugement sévères sur eux-mêmes, se martyrisent pendant des années pour ne pas avoir agi selon leurs rêves. Cette cruauté ne fait que renforcer leur statut d’artistes-fantômes. Ayez toujours ceci à l’esprit : un artiste a besoin d’être nourri. Les  “ artistes-fantômes ”  n’ont pas été suffisamment maternés. De toute façon ils se reprochent d’avoir été timorés. »

 

Il est vain de croire que l’artiste peut trouver son chemin comme un pigeon voyageur. Nombreux sont ceux qui ayant trop tôt eu des enfants, dû travailler pour subvenir à leur besoin , dû faire des études sérieuses pour prendre la succession du père, pas été plongé dans un milieu culturel propice, sont incapables de trouver leur chemin et vivent leurs vie avec frustrations, et insatisfactions...

 

Il faudrait déjà dépasser cette peur de prendre au sérieux ces envies de faire du théatre, de peindre, de chanter….

 

2) Protéger votre enfant artiste intérieur

 

Il faut se souvenir que notre Moi créateur, l’Artiste-en-nous est un enfant .

 

Apprendre à créer, c’est comme apprendre à marcher . L’enfant artiste commence par ramper, puis ce  sont les premiers pas de bébé, les premières chutes, les premières peintures dégoulinantes et simplettes, les premiers films genre « la famille à la plage » au caméscope, les poèmes laborieux…

 

L’artiste-fantôme qui reconquiert sa créativité se servira à coup sûr de ces premiers efforts comme un prétexte pour ne pas aller plus loin…

 

Or juger les premiers efforts artistiques, c’est infliger un mauvais traitement à l’artiste. Pourtant l’artiste fantôme s’enfonce souvent avec masochisme : ainsi en est il d’évaluer le travail du débutant à l’aune des chefs d’œuvre des autres artistes, d’exposer de premiers travaux à une critique prématurée, de les montrer à des amis trop sévères ou pas bienveillants du tout…

 

Il faut avancer doucement et lentement lorsque nous nous libérons de nos blocages créatifs …les erreurs sont nécessaires, il est normal de trébucher…il ne faut pas vouloir être génial immédiatement au contraire, au début nous ne serons pas bons du tout.

 

Mais pour retrouver sa créativité, il faut avoir la volonté d’accepter d’être un mauvais artiste.

 

En acceptant d’être un mauvais un artiste , on a des chances de devenir un artiste, et peut être avec le temps, un très bon artiste….même si c’est dans dix ans…mais de toute façon on aura toujours 10 ans de plus dans 10 ans, mieux vaudra  être artiste alors , que toujours regrettant de ne pas l’être…

 

3) Notre ennemi intérieur : convictions négatives élémentaires

 (moi je dirais plutôt convictions négatives inhibantes  , enfin je ne sais pas quel est le mot anglais traduit par élémentaire, élémentaire c’est quelque chose de  pas  très élaboré…pourtant la peur que le ciel nous tombe sur la tête provient parfois de raisonnements très alambiqués …)

 

La plupart du temps quand nous sommes malheureux dans un domaine de notre vie nous ne changeons pas les choses car c’est très insécurisant ; nous avons peur de l’inconnu. ( mieux vaut un malheur connu qu’un hypothétique bonheur inconnu ?)

 

La peur que nous ressentons face à notre créativité réside essentiellement  dans la peur de l’inconnu.

 

Si je suis pleinement créatif (ve) , qu’est ce qui va bien pouvoir m’arriver d’horrible ?

 

Nos réponses sont en fait des croyances négatives intériorisées. JC nous propose de travailler durant la semaine 1 sur nos convictions négatives pour en prendre conscience et les ébranler.

 

J.CAMERON fournit une liste de convictions négative communément reconnues :

 

Je ne peux pas être un artiste créateur, fécond et courronné de succès parce que :

-…..tout le monde me haïrait.

-…je blesserais ma famille et mes amis.

-….je deviendrais fou.

-…j’abandonnerais mes amis et ma famille.

- …je fais des fautes d’orthographe.

-…je n’ai pas d’assez bonnes idées.

-…je contrarierais mon père et/ou ma mère.

-…je devrais être seul.

-…je vais me sentir trop en colère.

-…je vais découvrir que je suis homosexuel ( dans le cas d’hétérosexualité ).

-…je vais devenir hétérosexuel ( dans le cas d’homosexualité ).

- …je vais faire du mauvais travail, ne pas m’en rendre compte et avoir l’air d’un(e) imbécile.

-…je n’aurai jamais vraiment d’argent.

-…je vais m’autodétruire, boire, me droguer ou m’adonner au sexe à mort.

-…je vais avoir le cancer, le sida..ou une crise cardiaque ou la peste.

-…mon compagnon (ma compagne) va me quitter.

-…je vais mourir.

-…je vais me sentir mal parce que je ne mérite pas le succès.

-…je n’aurai en moi qu’une seule bonne œuvre.

-…c’est trop tard. Si je ne suis pas encore devenu un artiste pleinement opérant, je ne le deviendrai jamais.

 

Aucune de ces idées principales négatives n’est forcément vraie. Elles nous viennent de nos parents, de notre religion, de notre culture et de nos amis craintifs. Chacune de ces convictions renvoie aux idées que nous nous faisons sur la signification de l’artiste.

Une fois les idées négatives culturelles les plus radicales écartées, il est possible que nous ayons encore obstinément des idées négatives élémentaires héritées de nos familles, de nos professeurs et de nos amis. Souvent subtiles et dévastatrices, et il s’agit de les affronter.

 

Les convictions négatives ne sont que des convictions et non des faits.

 

Nous sommes effrayés et les idées négatives nous maintiennent dans cette peur.

 

Il est important de savoir que les idées négatives élémentaires – personnelles et culturelles- essaient toujours de porter un coup fatal et attaquent toujours notre point le plus vulnérable quel qu’il soit ( amabilité , intelligence, sexualité….).

Il est important de savoir aussi que les convictions négatives ont leur alternatives positives :

 

Convictions négatives ……………………………Alternatives positives

Un artiste est                                                           Un artiste peut être

Alcoolique                                                                sobre

Fou                                                                           sain d’esprit

Fauché                                                                     solvable

Irresponsable                                                          responsable

Solitaire                                                                   convivial

Instable                                                                    fidèle

Condamné                                                              épargné

Malheureux                                                              heureux

Né ainsi, ne le devient pas                                    découvert et construit

 

Il s’agit de cesser de raisonner  en alternatives et de penser : «  je peux être soit romantique heureux, soit artiste. Je peux soit réussir financièrement, soit être artiste. »

Il est en effet possible d’être artiste et de mener une vie romantique heureuse, d’être artiste et de réussir sur le plan financier.

 

Nos blocages nous empêchent d’imaginer cette dualité possible.

 

En pratique, sur le plan rationnel nous savons que nos peurs sont infondées. Aussi comme ces peurs irrationnelles sont stupides , nous ne les dévoilons pas au grand jour et du coup elles restent intactes.

 

Par exemple on sait qu’il est stupide de ne pas s’essayer à écrire un roman sous prétexte qu’on fait des fautes d’orthographe ; cette peur est irrationnelle parce qu’il existe des logiciels correcteurs d’orthographe ; aussi on se refuse obstinément à se pencher sur cette question stupide; ce faisant on diffère éternellement la décision d’écrire….

( parce qu’on a la conviction négative limitante qu’un bon écrivain ne fait pas de fautes d’orthographe ? )

 

Il y a un outil pour se débarrasser de ces convictions négatives : ce sont les affirmations positives.

  

4) L’allié qui est en vous : armes affirmatives

 

( j’aurais mis : les affirmations positives libératrices , mais bon je ne suis pas le traducteur , ni l’auteur et je n’ai pas le texte en anglais…)

 

Trop souvent, c’est l’audace et non le talent qui conduit l’artiste sur le devant de la scène ; l’artiste bloqué considère ces arrivistes avec beaucoup d’animosité, de ressentiment dès lors que c’est la promotion de leur personnalité qui importe finalement et non celle de leurs œuvres, et d’ailleurs «  je pourrais faire ça mieux si seulement…. »

 

….si seulement je m’autorisais à le faire…

 

Les affirmations positives vont nous permettre de le faire .

 

Une affirmation est une déclaration positive d’une conviction positive, et si nous parvenons à parler de nous en de meilleurs termes, ne serait ce qu’avec le dixième de notre capacité à nous décrire de manière négative, nous nous apercevrons d’un changement énorme.

 

Les affirmations positives nous aident à ressentir une impression de sécurité et d’espoir.

 

Cependant au début , lorsque nous prononçons ces affirmations, nous nous rendons compte que nous sommes gênés, nous les trouvons embarrassantes, triviales.

 

Pourtant nous pouvons sans aucune gêne nous matraquer d’affirmations négatives ( je ne suis pas assez doué, pas intelligent , trop vieux, trop ceci pas assez  cela ), en revanche il est beaucoup plus difficile d’être élogieux sur sa propre personne  ( je mérite qu’on m’aime, je mérite un salaire honnête, je suis un artiste brillant et plein de succès je suis compétent et pleins de talents…)

 

Aussitôt le Censeur dresse les oreilles ….le Censeur en nous déteste tout ce qui ressemble à l’amour-propre. Il nous traite aussitôt d’imposteur : «  pour qui te prends tu ? »

 

Essayer d’affirmer « Moi …( votre nom) suis un potier ( peintre, musicien, écrivain, tout ce que vous voulez) brillant et fécond » , écrivez le et attendez…( attention ça peut être violent ) le Censeur se réveille «  eh ! attend une minute ! tu ne peux pas écrire ces choses positives de toi ! depuis quand tu serais brillant ? et fécond ! ah ah !! de qui te moques tu ?.... »

 

Ces paroles terribles du Censeur, ce sont les vôtres !!!! Faites en la liste, écrivez ce que vous dicte le Censeur constamment qui vous affaiblit…et enquêtez….d’où viennent ces paroles ? de votre père , de votre mère ? de vos professeurs ? remontez le temps ….

 

Et autorisez vous à travailler sur des affirmations positives sécurisantes .

 

(J.CAMERON énumère ici un certain nombre d’affirmations positives ; cependant cette méthode est très liée à la Foi. Foi en Dieu pris au sens large et multi-culturel... et j’ai du mal à reproduire toutes ces affirmations positives car je me rends compte qu’il est finalement très intime de parler de Dieu …que je trouve ces affirmations qu'elle propose un peu...ridicules…Mais certes le ridicule ne tue pas et ce qui ne tue pas rend plus fort ...donc grosso modo, elle nous incite à nous répéter que Dieu étant un Grand Créateur, et ayant fait l'homme à son image, nous sommes donc forcément créateur aussi , et que le Grand Créateur a forcément de grands et bons projets créatifs pour nous, et que c'est Le laisser s'exprimer à travers nous que de laisser s'exprimer notre créativité...) 

JC nous propose ensuite les exercices de la semaine.

 

 

EXERCICES DE LA SEMAINE 1 

 

1 Rédaction obligatoire des trois pages manuscrites du matin , même si votre censeur vous dit que c’est nul ce que vous écrivrez ou  que vous n’avez aucune inspiration…le Censeur n’a rien à dire sur les pages du matin…travaillez au contraire à identifier les convictions négatives limitantes ( les objections du Censeur ) qui ont empêcher l’Artiste-en-vous de se développer, et à les transformer en affirmations positives libératrices et sécurisantes.

 

2 Rendez vous avec notre Moi créateur, l’Artiste-en-nous ….

 

3. et 4. Voyage dans le temps Citez, parmi les plus anciens, trois ennemis qui ont porté et continuent de porter atteinte à votre amour-propre créatif. Faites une description aussi précise que possible de ces monstres historiques ; ensuite décrivez précisément une ou plusieurs scènes d’horreur durant laquelle vos monstres se sont manifestés, avec tous les détails, les propos, le décor, les impressions…

 

5. Ecrivez au rédacteur de votre revue préférée une lettre pour votre défense et envoyez la à vous-même ; faites parler l’enfant-artiste en vous «  sœur anne rita est une imbécile, elle a des yeux de cochon, et je ne fais pas de fautes d’orthographe !!! »

 

6 Voyage dans le temps. Citez, parmi les anciens champions, trois personnes qui soutenaient votre amour-propre créatif. C’est votre musée des bons génies qui vous souhaite une bonne création. Soyez précis, souvenez vous de chaque mot d’encouragement. Reproduisez les et/ou illustrez les en les plaçant  à  un endroit visible . Ou bien recherchez des souvenirs de moments où vous avez été content de vous, quand, pourquoi….

 

7. sélectionnez et écrivez un discours d’encouragement agréable. Ecrivez une lettre de remerciements. Adressez la à vous-même ou au mentor perdu depuis longtemps.

 

8. Vies imaginaires . Si vous aviez cinq autres vies à mener, que feriez vous dans chacune d’elles ? Notez tout avec plaisir , il s’agit de se divertir, de prendre plus de plaisir que dans la vie que l’on mène actuellement.

Reprenez la liste, choisissez une vie et faites le cette semaine ( si vous avez écrit cow- boy, pouvez vous faire une promenade à cheval, si vous avez écrit chanteur de country music, pouvez vous ( apprendre à ) jouer de la guitare ? )

Commenter cet article